Handicap & Voyages : c’est possible, la preuve !

Pour l’instant WILENGO vous propose des séjours adaptés en France. Mais qu’en est-il pour s’évader un peu plus loin, est-ce que l’aventure est possible ? Deux super globe-trotters ont accepté de partager leurs expériences avec vous, pour vous encourager à partir en voyage : d’un côté la pétillante Aurélie (https://www.iwheeltravel.com/) qui se déplace en fauteuil manuel et de l’autre, le duo de choc qui a toujours le sourire : Rudy, qui se déplace lui en fauteuil électrique, accompagné de son frère Julien (http://handilol.wixsite.com/handilol).

En 5 questions, ils vous livrent leurs vécus et leurs précieux conseils !

1/ Quel est le pays dans lequel vous avez préféré voyager et pourquoi ?

Question difficile ! Une de nos destinations favorites est Barcelone, à nos yeux, c’est la référence en matière d’accessibilité en Europe (mention spéciale aux trottoirs toujours abaissés​ aux passages piétons !).
Mais si nous devions parler d’un pays plus précisément, ce serait l’Italie où nous avons eu l’occasion de visiter plusieurs villes dont Rome, Florence et notre bien aimée Venise! C’est le tout 1er voyage que nous avons effectué en fauteuil roulant et il a toujours une saveur particulière quand nous en parlons. Venise est une ville vraiment unique et contrairement à ce que l’on pourrait croire, elle est très accessible, grâce notamment aux itinéraires adaptés mis à disposition sur le site Internet de la ville, et au vaporetto, le bateau-bus local.

Pour ma part, j’ai eu un véritable coup de coeur pour les îles Cook, petit bout de paradis perdu au milieu de l’océan Pacifique. À l’image des notes enjouées du yukulélé, la vie là-bas semble douce et tranquille : les locaux sont tout sourire, les vêtements colorés et les coiffures fleuries. Cette île volcanique, c’est comme dans un film, avec ses belles plages de sable blanc bordées de cocotiers, son lagon si étonnant de par sa couleur contrastée avec le bleu profond de l’océan et ses milliers de poissons exotiques. Ça a été ma 1ère expérience de snorkeling et ça a été une découverte merveilleuse que je conseille à tous ceux qui le peuvent.

En Europe, ou au bout du monde, Rudy, Julien et Aurélie nous font déjà voyager par écrit 😀

2/ Quelle idée découverte en voyageant aimeriez-vous diffuser en France pour aider les personnes handicapées ?

Pour Aurélie, le secret c’est :

Oser, ne pas être sa propre limite, la vie est trop courte pour se priver. Mon 1er grand voyage, au Japon, a été une révélation : être dans un pays si lointain et différent, s’y sentir heureuse, épanouie et surtout libre, m’a fait réaliser que j’étais bien plus capable que je ne le pensais alors. Depuis, dès que j’ai des doutes ou des peurs, même dans mon quotidien en France, je repense à mes voyages et ça m’aide à les vaincre. J’ai maintenant envie de découvrir tellement plus de pays ou même d’activités…

Côté garçons, leur idée ce serait de reproduire toutes les bonnes pratiques observées chez nos voisins européens, en particulier dans les transports :
– Faire de grandes toilettes dans les trains comme dans le Prague-Vienne ; et pouvoir réserver l’assistance pour monter à bord la veille comme en Italie
– Généraliser la présence de 2 emplacements fauteuil dans les bus comme à Barcelone (cela commence à se faire à Paris, Bordeaux…) et mettre des ceintures de sécurité comme à Rome (plus rassurant)
– Rendre le métro accessible par ascenseur depuis la rue et avec des rames au niveau du quai (comme à Barcelone, Copenhague, Porto). A Lyon, toutes les stations sont munies d’ascenseurs mais nous attendons toujours les palettes comble-lacune pour accéder aux rames depuis le quai !

3/ Quelle a été votre plus grosse galère et comment vous en êtes-vous sortis ?

Qu’elle soit logistique ou administrative, la galère rencontrée par nos aventuriers leur a appris à mieux se préparer et surtout, ne jamais se laisser décourager !

Nous avions réservé un appartement à Amsterdam sur Airbnb en envoyant un mail à la propriétaire avec tous nos besoins spécifiques. Nous avons vite déchanté en voyant la salle-de-bain : le lavabo empiétait sur la largeur de passage de la porte et empêchait de rentrer à l’intérieur. Or, la douche et les toilettes se trouvaient juste derrière… Impossible de prendre sa douche et d’aller aux toilettes pendant 5 jours, et obligés d’aller dans les lieux publics ! Nous avons expliqué la situation par mail à Airbnb immédiatement et n’avons obtenu une réponse que la veille de notre départ, ce qui était trop tard pour nous reloger. Nous avons toutefois été remboursé intégralement.
Depuis, nous exigeons plusieurs photos pour avoir le meilleur aperçu possible.
C’est typiquement le genre de conseils utiles que les frangins partagent aujourd’hui sur leur guide de voyages en ligne Handilol.

Quelques mois après mon retour du Japon, j’ai décidé de partir vivre 1 an en Nouvelle-Zélande. Il me fallait pour cela un visa « permis-vacances-travail », qui est délivré normalement en 3 jours. Moi il m’aura fallu 3 mois pour enfin l’obtenir. À cause de mon handicap, l’immigration néo-zélandaise doutait de ma capacité à travailler, alors que je travaillais à temps plein en France. J’ai dû  passer de nombreux examens à Paris, onéreux et non remboursés. Cela n’a pas suffi pour obtenir une recommandation médicale et je me suis sentie humiliée. Après contestation de la décision, attestation de mes capacités par mes médecins, j’ai finalement obtenu le sésame, mais il aura fallu se battre !
Cette victoire, Aurélie a voulu la partager et a créé I wheel travel.

4/ Quelles sont les choses indispensables à emporter avec soi pour un voyage réussi ?

Bien sûr cela dépend de son handicap et ses envies, mais voilà une liste non exhaustive à garder en tête :
– Pour l’avion, je prends toujours mes bas de contention et les ordonnances de mes médicaments pour ne pas être embêtée aux douanes…
– Surtout ne pas oublier son passeport et visas si nécessaire, je prends aussi mes cartes d’invalidité et de stationnement. Et je fais des copies de tout dans ma boîte mail ou sur le cloud.
– Une rampe pliable portable à accrocher au dos du fauteuil. Elle permet notamment de franchir la marche à l’entrée de certains restaurants et de ne plus rater une seule spécialité culinaire !
– Lorsqu’il fait froid, des vêtements techniques et un plaid polaire pour couvrir les jambes, pour la pluie, un grand poncho pour protéger aussi le fauteuil ! Et de la crème solaire pour éviter les coups de soleil, notamment sur les mains…
– Un urinoir en plastique, car trouver des toilettes adaptées peut relever du défi !

– Enfin, bien penser à son chargeur de fauteuil électrique et à emmener un adaptateur si besoin, selon la pays visité… Et ne pas oublier de recharger… Oui, c’est du vécu !
– Sans oublier l’accessoire préféré de tout bon globe-trotter : l’appareil photo ! J’adore la photographie, donc je ne pars jamais sans.

5/ Quel est le truc le plus fou que vous ayez fait mais que vous referiez sans hésiter si vous en aviez l’opportunité ?

« L’Amérique, l’Amérique, je veux l’avoir, et je l’aurai… « 
Ça paraîtra pas grand-chose pour certains mais pour nous, ça a été de prendre l’avion pendant 8 heures pour aller à New-York ! C’était la 1ère fois que nous faisions un vol aussi long. Nous avions beaucoup d’inquiétudes avant de partir et avons hésité pendant 5 ans avant de franchir le cap… Mais, cela s’est plutôt bien passé, si on oublie l’impossibilité d’aller aux toilettes pendant le vol (bien prendre ses précautions !). Aujourd’hui, nous sommes prêts à retenter l’expérience, même pour une durée un peu plus longue !

 » Partir un jour sans retour… »
Partir avec un aller simple pour l’Asie, sans savoir quand j’allais rentrer et combien de pays j’allais y visiter ! Ce voyage a été merveilleux, riche en nouvelles expériences et en rencontres !
Prochaine destination ?

Pour finir voici les dernières actus de nos handivoyageurs, à suivre aussi sur les réseaux sociaux

Honneur aux femmes, on commence par Aurélie, qui se lance en tant que consultante en tourisme accessible et rédactrice indépendante. Elle propose notamment de visiter et vérifier l’accessibilité de lieux touristiques souhaitant être référencés, rédiger du contenu et animer des ateliers de réflexion sur l’accessibilité ou des conférences en entreprise.

Facebook  http://www.facebook.com/iwheeltravel/
Twitter https://twitter.com/I_wheel_travel
Instagram http://www.instagram.com/iwheeltravel/

Julien, après avoir accompagné son frère Rudy dans tous ces voyages et s’être bâti une sacrée expertise en matière de tourisme accessible, se lance lui aussi comme consultant. Il s’adresse à la fois aux particuliers en fauteuil pour leur livrer le programme de leurs vacances clé en mains, et aux professionnels du tourisme pour les aider à améliorer leurs offres accessibles.

Facebook https://www.facebook.com/handilol/
Twitter https://twitter.com/Handilol
Pinterest https://in.pinterest.com/handilol/

Un immense merci à tous les 3 pour ce super partage, et à très vite pour de nouvelles aventures !

L’équipe WILENGO